Biographie
Biographie
Les portraits
Les paysages
l'Expressionisme
La guerre
Contact
Liens utiles

Stan Appenzeller aux Taillades

Stan dans son atelier

STAN APPENZELLER - 1901-1980

De part ses origines, STAN se plaisait à dire qu’il était un provençal de POLOGNE ou un polonais Provençal.

Son père, médecin, a été le fondateur du sanatorium de GORBIO. Il y soigne toute la haute société européenne dont l’impératrice Elisabeth d’AUTRICHE. Sa mère, née en Argentine avait des origines allemandes.

Né à MENTON, il passe sa jeunesse au château GRIMALDI, dans une vie mondaine et luxueuse dont le côté factice et vide a éveillé en lui un sentiment de révolte.
Dès l’âge de huit ans il représente déjà des aquarelles des somptueux paysages environnants. A douze ans il part faire des études en SUISSE.
En POLOGNE, en 1918 il est élève de JAWORSKI et KOWARSKI à l’académie des arts de CRACOVIE, puis d’Eugène ZAK. Il participe aux combats pour la libération de la Pologne.
« Déraciné de mon pays, j’ai recommencé après des années de guerre et de retraite pour repartir à zéro…l’origine de ma forte et sauvage gamme de couleurs est d’abord issue du folklore de la POLOGNE »
D’où des tableaux aux couleurs vives et marquantes.

De retour sur la Côte d’Azur en 1939 il ne reconnaît plus le doux et raffiné pays d’autrefois : aristocratie disparue, démocratisation montante, la foule des congés payés.
Critique et satiriste, ces nouvelles raisons sociales, siècles de lutte, influencent sa peinture : La Foire (1955), Le troupeau humain (1956), Promenade des Anglais (1957)

Il retrouve paix et ordonnance dans les portraits de sa femme. Mais s’il est Polonais de combat, c’est à SEILLANS, au Domaine des TAILLADES, qu’il trouve la quiétude dans sa peinture représentant les différents moments de sa vie, lieux visités dont la GRECE et l’Espagne. Il n’est pas un esprit « à la mode » ses tableaux ne sont pas des œuvres spontanées car ses toiles sont reprises, corrigées travaillées avec des souvenirs.
« La vérité dépasse la réalité » dit-il.

Il se rend compte de toute l’influence sur son œuvre qu’a eue la FRANCE, son « havre de paix », en particulier aux TAILLADES où il s’éteindra en 1980.

Office de Tourisme de Seillans
29/02/08